L’illustre poète

Max Jacob, illustre poète et auteur du XXe siècle, a passé une partie de sa vie en Val de Sully, à Saint Benoît sur Loire.

 

Sa vie

Né en 1876 à Quimper d’une famille juive, Max Jacob se convertit au catholicisme à l’âge de 39 ans. Il se destine à une carrière artistique, qu’il mène à Paris. Il y rencontre Picasso, qui devient son parrain. Contes, romans, poèmes, pièces burlesques ou sombres composent sont répertoire. Il vient s’installer par trois fois à Saint Benoît sur Loire, notamment à l’Abbaye de Fleury. En 1936, il s’installe définitivement à Saint Benoît, d’abord à l’hôtel Robert (l’actuel foyer Sainte Marie) puis chez Mme Persillard. Il mène ici une vie de paroissien assidu, pendant laquelle il sert la messe et assure les visites guidées de l’abbatiale. En 1944 lors de la dernière rafle du Loiret, il est arrêté et déporté au camp de Drancy, où il décède d’une pneumonie. Selon sa volonté, son corps sera rapatrié et enterré au cimetière de Saint Benoît sur Loire.

 

Sa mémoire

C’est assez naturellement que la volonté de lui consacrer une exposition est née. Celle-ci vit le jour en 1994 lors de l’ouverture de l’Office de Tourisme rue Orléanaise. Elle retrace la vie de l’artiste au travers de photos, d’ouvrages et de témoignages. Quelques tableaux rendant hommage à Max Jacob sont aussi exposés.

La visite peut se poursuivre dans le village, où certains lieux fréquentés par l’auteur sont encore visibles, comme l’Hôtel Madeleine ou la Chapelle de l’Hospice.

Visiter

L’exposition se trouve au premier étage de l’Office de Tourisme et est accessible gratuitement aux horaires d’ouverture.

 

Contact

Office de Tourisme du Val de Sully

Bureau de Saint Benoît sur Loire
44 rue Orléanaise
45 730 Saint Benoît sur Loire
02 38 35 79 00
tourisme@valdesully.fr