Lion en Sullias, multi-facettes

Il s’agit de la plus petite ville sur le plan démographique, avec ses quelques 410 habitants. Pourtant Lion en Sullias ne regorge pas moins de richesses : histoire, légendes, patrimoine bâti, nature et traditions !

 

La légende de la Pierre Crapaud

 

L’histoire raconte qu’un trésor était enfoui sous cette pierre à l’allure de batracien. Il paraît même qu’un druide lui aurait jeté un sort… A chaque nouveau solstice d’hiver, durant la nuit de Noël, le crapaud (ou grenouille) se réveillerait pour aller se désaltérer en Loire et revenir à sa place au douzième coup de minuit. On dit que certains en profiteraient pour tenter de lui voler son trésor ! Mais gare à celui qui ne serait pas sorti à temps : s’il vous surprend, vous seriez alors enfermés à jamais…

En effet, les druides celtes considéraient ce lieu comme sacré, lui attribuant des forces cosmiques, telluriques et magiques, puisées dans les eaux  souterraines !

 

Coté nature

Le petit village de Lion en Sullias est bordé par plusieurs rivières : la Sange, la Turlurette, le ru des Berruets, l’Aquiaulne, et le Galiçon, sur lesquelles on retrouve des moulins à eau. Idéal pour une balade bucolique !
Notre belle Loire fait bien sûr également partie intégrante du paysage lugdunien. En flânant en bords de Loire, l’on peut sans mal trouver des bornes ligériennes, les lignes et échelles de crues, mais aussi et surtout une borne symbolique de la distance à mi-parcours de la Loire de sa source à son embouchure (462 km). Celle-ci ne se trouve d’ailleurs pas en bord de Loire, mais en plein coeur du village !

Un village d’artistes

Lion en Sullias c’est aussi un village qui aspire à accueillir des artistes. Deux noms résonnent alors : Nicolas Méchériki et Alain Guiguet, qui ont chacun leur atelier de peinture ici. Tout deux exposent dans les environs de temps à autres, surveillez l’agenda !

Mais Lion en Sullias ne serait pas aussi charmante sans le groupe de bénévoles  qui incite tous les habitants à embellir la bourgade ! Le tricot sur les arbres et les décorations thématiques sur la place et sous la gloriette font partie du paysage depuis des années. Depuis quelques mois, une nouvelle mode lugdunienne a fait son apparition : les chaises décorées ! Ces curiosités qui font tourner la tête aux gens de passage, feront-elle la renommée de ce village jusque-là discret ?

De belles pierres

L’église Saint-Étienne : Construite au XIe siècle sur une ancienne crypte mérovingienne avec son porche en pierre, elle fût ensuite dotée de son caquetoire au XVIe siècle, reflet du bâti de Sologne. C’est au XVIIIe siècle que les derniers remaniement ont lieu, notamment l’installation de vitraux issus des ateliers de Saint Benoît sur Loire, lui donnant la forme que nous lui connaissons aujourd’hui. Elle protège également en son sein des pierres tombales de seigneurs.
Inscrite aux Monuments Historiques depuis le 21/11/1992.

Le Château de Cuissy : Autrefois forteresse médiévale ligérienne, Cuissy fût le témoin de nombreux événements historiques comme le passage des normands puis de Jeanne d’Arc en 1429. Le Château prit sa forme actuelle au XVIIe siècle, lorsque les familles Menou et Montmarqué en prirent la possession.
Aujourd’hui domaine privé, ce château est ouvert à la visite ou aux expositions, de manière ponctuelle.
Inscrit aux Monuments Historiques depuis le 29/12/1937.

Le Domaine de la Ronce : C’est un château ou plutôt une grande maison bourgeoise qui se fait discrète au bord de la RD 951. La bâtisse est célèbre pour y avoir accueilli Voltaire lorsqu’il avait besoin de se faire oublier de Paris, invité par la famille De Corsembleu de Sully. Il y rencontrera Suzanne de Livry dont il fit sa maîtresse. Il écrivit pour elle une pièce de théâtre qu’elle joua au château de Sully et où elle fut applaudie. Mais lorsque Voltaire l’a jouée dans une salle parisienne, son accent solognot provoqua l’hilarité des spectateurs ! Ceci a eu pour conséquence de fâcher les deux amants…

Le Tumulus dit “La Butte aux Druides

Ce vestige de l’antiquité est une butte artificielle qui a émergé de 20 mètres de hauteur et de 70 mètres de diamètre. Les fouilles menées au XIXe siècle ont révélé que le Tumulus fût construit lors de la conquête des Gaules, aux alentours de 500 ans avant J-C.

Il servait de sépulture princière, mais aussi de borne-frontière quand, à l’époque gauloise, se côtoyaient les Carnutes et les Bituriges. La cheminée centrale permettait dit-on, aux âmes des guerriers, d’aller et venir entre ciel et terre.

Inscrit aux Monuments Historiques depuis le 13/11/1942.

 

 Une tradition

Saviez-vous que l’on trouve en grand nombre des acacias autour de Lion en Sullias ? C’est pour cela qu’a lieu chaque année la fête des beignets aux fleurs d’acacias ! Elle attire tous les gourmands d’ici et d’ailleurs ! A noter dans vos agendas : la fête a toujours lieu le dernier week-end de mai.

 

Un livre d’histoire

Vous l’aurez compris, Lion en Sullias fait entrer sa petite histoire dans la grande, comme en témoignent les pépites de son patrimoine bâti et la visite de personnages illustres. De sa pierre mégalithique au Château de la Ronce, en passant par les vestiges celtes, Lion en Sullias est un livre d’Histoire(s) passionnant que l’on aime lire en s’y promenant.

 

 

Le petit + de pépites

  • Collection de chasubles dans l’église
  • Les plaques de cocher (2)

 

Envie de découvrir encore plus la Sologne ?

Pour découvrir ce village et ses alentours, l’Office de Tourisme vous propose un rallye touristique. Parcourez 10 communes qui forment le côté sud du Val de Sully. Pour vous guider, téléchargez ce document et c’est parti ! Au programme : questions, énigmes et découvertes, tant sur le patrimoine que sur les richesses naturelles de ce bout de Sologne.

 

Gentilé : Lugdunien.ne
Habitants : 410

 

Contact

Mairie de Lion-en-Sullias

30 route de Gien
45600 Lion en Sullias
02 38 36 92 59
lionensullias.mairie@aliceadsl.fr
www.lionensullias.fr